La souffrance dans la rue

LA SOUFFRANCE DANS LA RUE.

Je devais être un magnifique chat angora, sociable. J’avais certainement une famille.

Mais voilà, est-ce que je me suis perdu ? Est-ce que j’ai été abandonné ? ? ?

J’ai erré à la recherche d’un abri et de nourriture et, depuis plusieurs semaines, j’avais découvert les poubelles d’une animalerie de Clermont-Fd !

Les employés m’avaient repéré et ils ont finalement appelé «chats des rues 63» pour me récupérer.

Mais il était trop tard.  

Je suis trop dénutri, un vrai squelette aux poils collés, les oreilles mangées par la gale, je suis âgé, mes reins ne fonctionnent plus, ma bouche est pleine d’ulcères, et le test FIV est positif. 

TROP TARD !!!

Le vétérinaire m’a «endormi» pour toujours.