Plus belle la vie à quatre pattes – Episode 3

 « Le thon, c’est bon », serinait la pub il y a quelques  années. Tout chat, affamé de surcroît, et à fortiori toute chatte gestante ou allaitante, se précipite vers l’appât.

Et cela peut tourner au drame.

Faisons un peu de mathématiques. Sachant qu’une cage mesure 1 mètre de long, que la pédale qui commande la fermeture de la porte se trouve au milieu, lorsque le chat y posera la patte, quelle distance reste-t-il entre les pattes antérieures du chat et la lourde porte qui va s’abattre instantanément derrière lui ?

Ca dépend, me direz-vous. Mais encore ? Allez, vous donnez votre langue au chat ?

Eh ! bien, disons…un espace suffisant pour que la trappe ne tombe pas sur l’animal.

Certes, mais si 2 chats se présentent à la fois ?

Vous avez compris que le 1er ne risque rien. Mais le second qui n’est entré qu’à moitié lorsque son compagnon appuie sur la pédale ?…Si on attrape des chats, c’est pour leur bien et non pour risquer de les blesser ou, pire, de les tuer en leur fracturant la colonne vertébrale.

D’où, encore une fois, la nécessité d’être présent, caché dans un endroit d’où l’on peut non seulement entendre, mais VOIR ce qui se passe à proximité de la cage et savoir renoncer temporairement à une capture, même si on y a déjà passé des heures. Mais, croyez-moi, le chat qui a échappé au piège n’est pas près de revenir.

Pour pallier ce risque les « ingénieux » de Chats des Rues ont conçu et réalisé un piège à déclenchement  manuel. Plus de pédale centrale, mais une très longue ficelle qu’il faut tirer brusquement  au moment opportun pour faire tomber la porte. Encore faut-il que le site soit propice à cette installation. Comme vous le voyez, ça se corse ! Stress de l’animal, mais aussi, stress de l’humain même aguerri. Et je ne vous décris pas la position confortable de la trappeuse pendant cette longue attente, avec la chaleur et les moustiques en prime…

De quoi, je l’espère, susciter des vocations. Ne vous en privez surtout pas, les besoins sont multiples !

Tel : 06 75 26 84 24

(à suivre)